Modele kaba sawa

Le kaba`besungu BA Maa: don`t les manches courtes en traduisent la funEdité sans rien perdre de son élégance. Le lancinant souvenir de l`allergie à la culotte anglaise a poussé femmes et filles Duala à la mode insoupçonnée du «Kaba sans caleçon»; d`autant que de leur coté, les hommes et leur Sanja étaient vendues soupçonnés de suivre un cheminement parallèle. Le célèbre Kaba, somptueuse robe longue et ample don`t la chatoyante argenté doré élégance a conquis le monde de la mode contemporaine, est né paradoxalement d`un long cauchemar des blanches épouses de missionnaires au 19em siècle. Kaba! Kaba! Répètent les femmes SAWA à qui n`ont pas échappé les femmes blanches. Elles remarquent surtout que leur prononciation de ce mot anglais désormais à la mode n`amuse que davantage la bonne épouse de Sango Saker, (et pour cause: le V de «Cover» est si étrange à l`alphabet Douala que les pauvres sans même s`en apercevoir., lui substituant instinctivement leur» b»» Bantu» bien implosif!) Le Kaba Nisadi: ou` `petit Kaba` `sera celuJe coquet des jeunes filles en toutes circonstances, et celuJe plus ordinaire des femmes adultes pour les travaux domestique, champêtre ou de pèche. Le Kaba ngondo: pour mieux en dire la solennelle et impérative élégance! Le kaba`mukuku: des chanteuses de chorals chrétiennes et toujours est-il que le Kaba, depuis son adoption mieux son imposition dans les années 1850 à la société féminine christianisée, devient vite la ligne de démarcation sociale entre «bito BA Kaba» ou femmes chrétiennes (entendez «femmes civilisées») et les «bito BA Mukanja» ou femmes au petit pagne, pour ne pas dire «de petite vertu» ou affiliées Pharmaprix païennes. Couvrir… Oui, nous le baptiserons la robe «cover». Celles-ci torturées par le regard tordu de leurs saints maris en direction de l`irrésistible nudité des femmes Duala (et même quel est l`homme qui maîtrisera ses pulsions devant de si belles créatures). Elles ont du décréter par la voix d`Helen Saker (épouse du célèbre Alfred) que jamais plus femme n`entrerait nue à l`église.

Couvrir! s`écria-t-elle, dit-on de son époux. Il jogging justement naquirent pour illustration le mot «dibato» désignant le tissu par une contraction de l`expression «Diba moto», c. à. d: recouvrer. l`homme. Une robe d`inspiration victorienne, mais bien africaine, se dit-elle… ça doit pouvoir calmer les ardeurs de nos sacrés voyous de maris et avec en dessous une bonne culotte anglaise et un jupon «Pety Coat», museler le mordant de ces petits démons de négresse!.

Dit bericht werd geplaatst in Geen categorie door . Bookmark de permalink .